L’HISTOIRE

Don Gallico (Vincent Price) est un génial concepteur d’accessoires de magie et de déguisements. Sous le nom de Gallico le grand, il propose à des spectateurs attentifs de sidérantes imitations d’un magicien rival, le grand Rinaldi (John Emery).

le tueur porte un masque_1

Gallico est ambitieux et décide lors d’une de ses représentations de faire découvrir à son public un tour inédit : la scie. Sur le point d’effectuer le prodige avec son assistante Karen Lee (Mary Murphy), le rideau tombe sur la scène.

Son associé, Ross Ormond (Donald Randolph), accompagné de son avocat, lui somme de ne pas utiliser sa nouvelle invention. Le contrat les liant donne toute exclusivité à Ormond concernant les nouveaux tours. Et par conséquent, aussi au grand Rinaldi, partenaire d’Ormond.

Gallico s’empourpre de colère et tue Ormond avec sa fameuse scie entreposée dans l’atelier de l’inventeur.

le tueur porte un masque_2

Sous les traits d’Ormond, Gallico décide de louer un appartement,voulant ainsi masquer la mort de son ancien partenaire. La loueuse, Alice Prentiss (Lenita Lane), est une auteure de romans policiers. Suite à un avis de recherche lancé par la femme d’Ormond, Claire (Eva Gabor) et ancienne compagne de Gallico, Alice Prentiss l’informe de la présence de son locataire.

Voulant surprendre son mari, Claire découvre la supercherie. Gallico n’a d’autre choix que de l’éliminer. Alice, devenant principalement témoin, rencontre Gallico au commissariat. Celui-ci l’invite à une démonstration dans son atelier de sa nouvelle attraction : le four crématoire. L’exhibition donnée, surgit un Rinaldi menaçant et envieux de la dernière idée de Gallico.

le tueur porte un masque_3

Seuls, Gallico assassine Rinaldi et se débarasse du corps dans le four. Grace à ses techniques de maquillage révolutionnaire, Gallico prend la place du grand Rinaldi sur scène. Mais le détective Alan Bruce (Patrick O’Neal), ami de Karen mène l’enquête en s’appuyant sur une nouvelle méthode… Les empreintes digitales.

le tueur porte un masque_4

ANECDOTES

Voulant surfer sur le succès de « L’homme au masque de cire » d’Andre Toth sorti l’année précédente, la Columbia propose « Le tueur porte un masque », lui aussi exploité en 3D.